26 Place du Marché

91490 Milly la Forêt

01 80 85 57 80

contact@xcr.fr

9:00 - 17:30

lundi au vendredi

Comment devenir courtier d’assurances

Vous trouverez ici toutes les informations utiles pour tous ceux qui souhaitent obtenir des renseignements pour devenir courtier en assurances.

/

Avant d’être courtier d’assurance, vous devez suivre une formation dédiée aux assurances diplômant qui vous permettra de vous inscrire sur le registre des intermédiaires en assurances.

En effet, il ne suffit pas de le vouloir, vous ne pourrez pas l’être d’un simple claquement de doigts et tant mieux ! C’est un métier règlementé qui demande une base de connaissances importante qu’il est nécessaire de maîtriser avant de pouvoir souscrire un contrat d’assurance pou le compte d’un client.

Notre rôle en tant que réseau numéro 1 de mandataires en intermédiaire en assurances est de vous accompagner pour réaliser cette formation avec les meilleurs organismes de formation et d’établir ensuite un plan de formation continue pour toujours vous améliorer dans l’appréhension des risques à assurer.

Ouvrir une entreprise de courtage en assurances n’est pas une mince affaire, avant tout il faut que vous soyez sûre de votre choix et avoir la volonté de réaliser ce métier à temps plein avec un investissement de temps important.

Devenir courtier d’assurances : un métier mal connu

Pour devenir courtier en assurances, vous devez suivre un parcours laborieux de formation et de démarches dédiées aux assurances qui vous permettront de vous inscrire sur le registre des intermédiaires en assurances. En effet, qui souhait ne peut pas l’être d’un simple claquement de doigts et tant mieux ! C’est un métier règlementé qui demande une base de connaissances importante qu’il est nécessaire de maîtriser avant de pouvoir souscrire un contrat d’assurance pou le compte d’un client.

Notre rôle en tant que réseau numéro 1 est de vous accompagner pour réaliser cette formation avec les meilleurs organismes de formation et d’établir ensuite un plan de formation continue pour toujours vous améliorer dans l’appréhension des risques à assurer.

Ouvrir une entreprise de courtage en assurances n’est pas une mince affaire, avant tout il faut que vous soyez sûre de votre choix et avoir la volonté de réaliser ce métier à temps plein avec un investissement de temps important.

Nous avons volontairement simplifié la démarché en 5 étapes pour devenir courtier en assurances :

Etape n°1 : Formation

Pour devenir intermédiaire en assurance vous devez vous former. Il existe 3 catégories d’intermédiaires : Intermédiaire de niveau 3 (Mandataire d’intermédiaire en assurance en activité complémentaire à une activité principale), Intermédiaire de niveau 2 (Mandataire d’intermédiaire en assurance en activité principale), Intermédiaire de niveau 1 (Intermédiaire en Assurances pour les Agent Général d’Assurances / Courtier d’Assurances)

Intermédiaire en assurance de niveau 3 : Les mandataires en assurance (activité annexe/complémentaire à l’activité principale)

Cette catégorie d’intermédiaire en assurances est dédiée aux entreprises qui ont une activité principale autre que l’assurance mais qui leur permet de vendre des solutions d’assurances complémentaires. Ils sont cependant limités à quelques produits d’assurance et ne peuvent pas proposer une gamme assurancielle complète du fait de leur limitation naturelle à leur activité principale :

Les syndicats de copropriétés professionnels

Leur activité principale est de gérer les copropriétés et les copropriétaires. Ils sont en relation avec eux en réalisant les réunions, en réalisant la comptabilité des immeubles. En ayant accès à la gestion de l’immeuble ils sont à même de proposer des contrats d’assurances immeuble pour protéger financièrement les copropriétaires de leurs responsabilités. En effet, en tant que copropriétaire vous devez souscrire 2 contrats : l’assurance de l’immeuble (pour l’ensemble des copropriétaires) et un contrat d’assurance de copropriétaire occupant ou si vous louez votre bien un contrat d’assurance copropriétaire non occupant. En tant que gestionnaire professionnel de l’immeuble, ils doivent également réaliser les travaux obligatoires d’entretien de l’immeuble comme la réfection de la toiture, la gestion du ravalement de façade. A ce titre et pour être dans la légalité, ce type de travaux doit faire la souscription de contrats d’assurance de dommages-ouvrage (contrats obligatoires à souscrire pour des montants importants de travaux et qui doit être souscrit par le client en complément de l’assurance obligatoire de responsabilité professionnelle et décennale souscrite par l’entreprise (artisan, auto entrepreneur, TPE – PME – Grande entreprise) réalisant les travaux. Le syndic doit donc proposer ce type de contrat d’assurance à son client.

Les vendeurs automobiles

Leur activité principale est l’achat et la revente de voitures neuves ou d’occasions. Ils sont à même de proposer des contrats de financement et des contrats d’assurance automobile pour bien transférer la propriété du bien automobile à leur clients. C’est donc bien une activité accessoire à leur métier.

Les administrateurs de biens

Les gestionnaires immobilier réalisent la gestion du bien immobilier non occupant de leurs clients. Ils réalisent l’administration et la gestion des locataires, les entrées / sorties, la gestion comptable des revenus fonciers et de la redistribution des loyers moins leurs honoraires à leurs clients, la gestion des travaux, la réalisation des baux d’entrée, des états des lieux de sortie. En ce sens ils sont capables de fournir des services d’assurances de copropriétaire non occupant (pour les propriétaires d’appartement) ou propriétaire non occupant (pour les propriétaires de maisons individuelles) et de fournir des services d’assurances pour les loyers impayés des locataires qu’ils gèrent pour leur clients propriétaires.

Intermédiaire de niveau 2 (Mandataire d’intermédiaire en assurance en activité principale)

Notre réseau XCR propose ce type de mandat et recrute dans toute la France cette catégorie d’Intermédiaire en Assurances. En effet les Mandataires en Intermédiaire d’Assurance sont mandatés par des Courtiers d’assurance ou des Agents Généraux d’Assurance pour développer commercialement l’entreprise en distribuant l’ensemble de la gamme proposée par l’entreprise. Les Mandataire d’Intermédiaire en assurance que nous appelons vulgairement MIAS sont la force commerciale de toutes les entreprises de courtage qui souhaitent garder leur indépendance. En effet, un mandat est conféré au MIAS et deviens alors partenaire (car non salarié du cabinet de courtage mais agissant bien en indépendance tout en respectant les règles et uses du courtage de bonne conduite). Il représente le cabinet auprès duquel il est mandaté auprès de l’ensemble de la clientèle et des prospects qu’ils rencontrera et proposera les solutions du courtier. Il est donc très important pour lui d’obtenir un mandat d’un cabinet de courtage proposant un maximum de codes partenaires pour proposer la plus large gamme d’assurances disponible. C’est souvent que des courtiers (Intermédiaire en assurance de Niveau 1) soient aussi MIAS (Intermédiaire de Niveau 2) car ils n’arrivent pas à obtenir les mandats des compagnies et donc suffisamment de produits et solutions d’assurance à proposer à leur clientèle. Il n’est pas interdit d’être enregistré auprès de ces 2 catégories dans le même temps.

Intermédiaire de niveau 1 : Agent Général d’Assurances / Courtier d’Assurances

Les agents généraux d’assurances et les courtiers sont des Intermédiaires d’assurance de niveau 1. Ils ont le même niveau de compétence mais il existe de grandes différences entre ces 2 métiers.

Il existe 2 différences majeures entre les agents généraux d’assurance et les courtiers d’assurance : la représentation et l’indépendance.

La représentation

Les agents généraux d’assurance représente la compagnie contrairement aux courtiers qui représentent les clients. Il existe donc une différence majeure détat d’esprit entre les agents généraux d’assurance et les courtiers d’assurances. En effet, les agents généraux aussi bons soient-ils sont des conseillers monomarques du fait de leur mandat et proposent la solution qu’ils ont alors que les courtiers recherchent auprès des marques la solution.

Les agents généraux représentent 1 compagnie d’assurance et leur mandat leur confère la possibilité de distribuer l’ensemble de la gamme assurancielle de leur compagnie d’assurance qui les mandate. Vous l’aurez compris : ils sont donc limités à un produit d’assurance de leur marque pour répondre au besoin de leur client.

L’indépendance

Les agents généraux sont des Professions libérales alors que les Courtiers sont des commerçants.

Les agents généraux exploitent des portefeuilles qui appartiennent aux compagnies. De ce fait, ils ne sont pas propriétaires de leurs clients mais ont des droits de créance sur les commissions qu’ils génèrent. Il ne peut pas exercer d’autres métiers car son mandat ne lui en donne pas l’autorisation : il est Agent exclusif. Il ne peut pas non plus proposer de contrats d’assurances d’autres compagnies ou alors pour une infime partie de ses clients sous l’autorisation de son mandant et selon des règles strictes. Dans tous les cas, il n’est pas outillé pour souscrire, gérer et suivre ces contrats placés auprès d’autres compagnies comme l’est un courtier dont c’est le métier.

Le courtier d’assurance lui agit en toute indépendance, il est le propriétaire intégral de son portefeuille et agit comme il le souhaite. Il n’a pas de mandat exclusif de signé auprès d’une compagnie, ce qui lui confère la possibilité d’être multicartes. Le seul mandat exclusif qu’il peut avoir, c’est celui de son client qui le mandate à titre exclusif pour pouvoir placer son risque ou le transférer dans son portefeuille (vous voyez encore dans le sens du client). Le courtier peut créer d’autres entreprises (même si cela n’est pas bien vu par les compagnies fournisseurs), ce qui est quand même compliqué à mettre en place.

Dans les 2 cas, si vous avez à faire à un intermédiaire de niveau 1 frauduleux (comme nous les appelons :des bandits), et si les primes qui leurs sont versées directement ne sont pas reversées aux compagnies et s’ils sont défaillants, le client n’aura que peu de recours, il faudra qu’il prévienne la compagnie auprès de laquelle il est client et qu’il saisisse la Caisse de Garantie pour recouvrer ses fonds.

Etape n°2 : Création de votre entreprise (choix des statuts / ouverture d’un compte bancaire)

Comme toute entreprise vous devez réfléchir avant de vous lancer au type d’entreprise que vous souhaitez ouvrir : une Entreprise individuelle, une Entreprise à Responsabilité Limitée du type (EURL/SARL), une Société par actions (SASU/ SAS/ SA). Nous vous conseillons de vous renseigner auprès des conseils comme des notaires ou des experts comptables qui pourront prendre le temps de vous accompagner et de vous expliquer les avantages et les inconvénients de chaque structure d’entreprise.

Une fois avoir créer les statuts et finaliser votre entreprise, il vous faudra rencontrer un professionnel bancaire pour ouvrir un compte bancaire dédié à votre entreprise. Il existe des banques spécialisées et d’autres qui ne comprennent pas notre métier + les banques en ligne. Pour bien choisir, nous vous conseillons de de choisir une banque qui ne prend pas de frais sur les mouvements car en tant que courtier avec avis d’échéances confiés, vous devrez gérer les primes des clients, c’est à dire encaisser les primes puis les reverser hors commissions. Les commissions étant un pourcentage sur la prime, vous comprendrez que si des frais en pourcentage sont appliqués sur les primes, ils viennent directement imputés votre rémunération. Soyez vigilent à cela.

Etape n°3 : Souscription d’une assurance obligatoire de responsabilité civile professionnelle

Comme dans tous les métiers, il vous faudra vous garantir pour les risques professionnels liés à l’exploitation de vos activités d’Intermédiaire en Assurances. Il existe 2 types de contrats : la responsabilité civile professionnel et la garantie financière.

L’assurance de Responsabilité Civile Professionnel

Cette assurance vous garantira contre les erreurs professionnelles que vous commettrez. Il est bien évident que ces erreurs ne seront pas réalisées sciemment et volontairement à l’encontre de vos clients. Cependant malgré l’analyse complète que vous aurez faite, après avoir délivré l’ensemble des éléments obligatoires , réaliser dans les règles le contrat, justifier la remise à votre client du devoir de conseils, une mise en cause par l’un de vos clients aboutie, alors cette assurance l’indemnisera (moins la franchise). Cette assurance vous protège financièrement des enjeux professionnels liés à votre activité d’intermédiaire en assurance.

La Garantie Financière

Cette assurance montre votre bonne foie auprès de vos clients. Elle les protège d’un détournement de fonds de votre part. Cela démontre votre bienveillance et rassure vos clients quand aux appels de primes que vous réalisez pour leurs contrats et lorsque vous recouvrez directement les quittances de primes d’assureurs auprès des clients. En tant que client d’un courtier ou d’un Agent Général d’Assurances il est important de vérifier qu’il est bien adhérent d’un tel contrat.

Etape n° 4 : Passage au comité auprès de l’ORIAS (un comité tous les 15 jours)

Pour obtenir le droit de distribuer des contrats d’assurance, il faut que être enregistré auprès de l’ORIAS (l’Organisme du Registre des Intermédiaires d’ASurances) et pour ce faire vous devrez leur transmettre entre autres documents :

  • vos statuts
  • votre RIB professionnel

mais aussi :

  • votre contrat d’assurance qui couvre votre responsabilité professionnel en tant que Courtier d’Assurances ou d’Agent Général d’Assurance
  • votre contrat d’assurance garantie financière qui garantit la détention des fonds de vos clients.

Plusieurs assureurs proposent ces contrats et nous vous rappelons de bien vous renseigner avant d’adhérer à un contrat. Nous vous conseillerons toujours de vous assurer auprès d’un assureur et d’une caisse de garantie française.

L’ORIAS passera votre dossier de candidature lors d’un comité pendant lequel des professionnels de l’assurance valideront ou invalideront votre candidature. Il n’est pas certain que vous obteniez l’agrément de l’ORIAS même en ayant réalisé l’ensemble de la procédure car ils réalisent également une enquête de bonne réputation à votre encontre.

Etape n° 5 : Ouvrir des codes et obtenir des partenariats

Une fois le précieux sésame en poche, c’est à dire votre numéro ORIAS, vous pouvez prétendre à « ouvrir des codes » auprès des compagnies d’assurances ou des mutuelles. Cependant ne vous réjouissez pas trop vite. Les fournisseurs ne se battront pas pour vous « rentrer en tant qu’apporteur » partenaire mais passeront le plus souvent leurs routes. Les seuls codes que vous pourrez ouvrir au départ seront des codes de « courtiers grossistes« .

Un moyen naturel d’obtenir des codes auprès des compagnies est l’acquisition d’un portefeuille d’assurances. L’avantage de devenir courtier d’assurance est le peu d’investissement financier à réaliser : il s’agit de services et non pas d’achat-revente avec la constitution d’un stock, l’obtention d’un grand local très bien placé en plein centre ville ou l’achat de mobiliers obligatoires et la réalisation de travaux avec l’installation de matériels très chers. Cependant soir vous faites l’effort de faire l’acquisition d’un portefeuille soit vous serez vite limité dans les solutions que vous pourrez proposer à vos clients. C’est pourquoi comme je vous l’ai écrit plus tôt, les courtiers sont aussi MIAS pour pouvoir proposer un éventail de solution plus intéressant et ainsi réaliser vraiment le métier de courtage d’assurance.